AccueilActualitésTEDx sur le thème de l’exploration à Toulouse Business School

TEDx sur le thème de l’exploration à Toulouse Business School

26 septembre 2021

Cécile Perret Conseil a assisté à l’évènement TEDx organisé par Toulouse Business School et Optimize, l’association d’entrepreneuriat interne à TBS, qui s’est déroulé le 25 septembre après-midi.

Le thème de cette 3ème édition était l’exploration et c’est en suivant ce fil rouge que sept conférenciers se sont succédé en tribune.
Trois grandes sous-thématiques se sont dégagées des interventions :
– Éducation au Développement Durable & Responsabilité Sociétale des Entreprises
– Techniques de communication
Neurosciences

Sylvestre Maurice (exploration spatiale), Véronique Garçon (exploration marine) et François Grandjacques (exploration humaine) ont, chacun à leur manière, amené le public à réfléchir à l’intérêt de protéger la planète dans le but de sauvegarder l’humanité.
Sylvestre Maurice, par un voyage au travers du système solaire, a rappelé qu’il n’y avait pas de « plan B » et que la sauvegarde de l’espèce humaine passait par la préservation de la Terre. « C’est l’humain qu’il faut protéger. La Terre, elle, s’en remettra. »
Véronique Garçon, en « pneumologogue océanographe », a sensibilisé à l’impérative nécessité d’agir dès aujourd’hui pour protéger le poumon de la Terre en rappelant qu’outre la réduction des gaz à effets de serre, l’accélération de la transition écologique, la protection d’aires marines, le changement des pratiques agricoles, le levier le plus puissant à actionner était l’éducation.
François Grandjacques, au travers d’anecdotes « succulentes » sur les rites à travers le monde (et notamment sur la boisson appelée Kava), a illustré deux concepts universels, deux « états sociaux » de l’Homme,   définis par le philosophe Nietzsche : l’état « apollinien » et l’état « dionysiaque ». Les rites par essence « dionysiaques », sont communs à tous les habitants de la Terre et ont pour origine les mêmes angoisses auxquelles nous avons tous à faire face. « Faire face, c’est ce qui nous connecte et nous fait être humain. »

Romain Bouvet (exploration cérébrale) et Grégoire de Major Mouvement (exploration du corps humain) nous ont donné des clés sur le fonctionnement de notre cerveau et sur les meilleures façons de communiquer pour avoir un impact sur nos habitudes, nos attitudes…
Romain Bouvet étudie les mécanismes d’influence et leurs impacts sur le comportement des consommateurs. Au travers d’exemples sur des boissons, il a démontré que notre cerveau n’agissait pas rationnellement et que nous étions tous davantage attachés à la valeur perçue qu’à la valeur réelle d’un produit. « On achète avec des émotions, et on explique avec de la rationalité ».
Grégoire de Major Mouvement, kinésithérapeute de son état, dont les deux passions sont le corps humain et la compréhension de l’humain, a ancré son intervention sur le mal de dos et sur l’humour ! Son expérience l’a amené à réaliser que « convaincre », qu’il traduit par « vaincre les cons », n’est pas une stratégie efficace pour amener les gens à changer de comportement. La solution, c’est l’écoute, la recherche du besoin réel, et la réponse individualisée.

Agnès Faury (exploration comportementale) et Christian Charlier (exploration cognitive) nous ont ouvert les voies pour surmonter la peur et s’enrichir de la diversité.
Agnès Faury a dispensé un message d’une grande positivité : « N’attendez pas, osez ! » En nous remémorant que le cerveau avait souvent tendance à faire le contraire de ce qu’on lui dit, elle nous a rappelé que nous avions tous un fonctionnement cognitif différent en raison des multiples possibilités de connexions entre nos 100 milliards de neurones. Elle a également explicité le mécanisme du stress, de la peur pour donner des clés de réaction à mettre en œuvre pour les dépasser : anticipation, acceptation, adaptation, plaisir !
Christian Charlier nous a ouvert les yeux sur l’intérêt de la diversité cognitive au travail. Après avoir balayé d’un revers de la main les clichés sur le Haut Potentiel Intellectuel, il nous a fait prendre conscience que la diversité cognitive, différence invisible, concernait 20% de la population. Il a présenté les forces et faiblesses de la neurodiversité dans le monde du travail, évoquant l’exemple des dyslexiques souvent excellents dans la résolution de problème.
Christian Charlier a indiqué que certains pays, certaines entreprises, certains services, avaient déjà pris conscience de la richesse de la neurodiversité, mentionnant le recrutement de personnes concernées par le Trouble du Spectre de l’Autisme dans les services de renseignement israeliens.
Les enjeux d’inclusion de la neurodiversité sont forts, tant en termes sociétal qu’en termes de retour sur investissement (ROI). La diversité cognitive est un levier de performance, notamment au travers de l’intelligence collective. De nombreuses études le démontrent et une expérience menée au sein d’Airbus a confirmé les bénéfices d’une telle politique de diversité.
Christian Charlier a conclu son propos en citant Antoine de St Exupéry : « Celui qui diffère de moi loin de me léser m’enrichit. »

Cet évènement TEDx, brillamment organisé par les étudiants de Toulouse Business School, était riche d’enseignements et porteur de valeurs nobles.
Ce sont de tels évènements qui permettent d’envisager un avenir serein dans une société inclusive, respectueuse de son environnement.