AccueilDysphasie

Dysphasie

La dysphasie est également appelée Trouble du Développement du Langage Oral (TDLO) ou Trouble Spécifique du Langage Oral (TSLO). C’est un trouble du développement de la parole et du langage entraînant l’échec d’une acquisition normale du langage réceptif et/ou expressif.

Définition scientifique

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) dans la Classification Internationale des Maladies (CIM 10 version 2021) précise plusieurs troubles spécifiques du développement de la parole et du langage :
Trouble spécifique de l'acquisition de l'articulation : trouble spécifique du développement dans lequel l'utilisation par l'enfant des phonèmes est inférieure au niveau correspondant à son âge mental, mais avec un niveau linguistique normal.
Trouble de l'acquisition du langage, de type expressif : trouble spécifique du développement dans lequel les capacités de l'enfant à utiliser le langage oral sont nettement inférieures au niveau correspondant à son âge mental, mais dans lequel la compréhension du langage se situe dans les limites de la normale. Le trouble peut s'accompagner ou non d'une perturbation de l'articulation (dysphasie de type expressif).
Trouble de l'acquisition du langage, de type réceptif : trouble spécifique du développement dans lequel les capacités de l'enfant à comprendre le langage sont inférieures au niveau correspondant à son âge mental. En fait, dans la plupart des cas, le versant expressif est lui aussi nettement altéré et il existe habituellement des perturbations de l'articulation (dysphasie de type réceptif).

Pour y voir plus clair

La dysphasie ou TSLO concerne 2% de la population, majoritairement des garçons (source INSERM 2015).
Comme l’indique les définitions de l’OMS, il existe plusieurs formes de dysphasies :
Dysphasie expressive : difficulté pour produire un message
Dysphasie réceptive : difficulté à comprendre un message
Dysphasie mixte : difficulté à produire et à comprendre un message

A l’origine de la dysphasie, on trouve un dysfonctionnement des structures cérébrales dédiées spécifiquement au langage Il est important de retenir que la dysphasie n’est pas consécutive à une déficience intellectuelle, à une malformation oro-buccale, à une paralysie, à une carence affective et/ou éducative, à un trouble auditif ou à un trouble de la communication.

Les manifestations de la dysphasie ou TSLO

Selon le type de dysphasie, différents symptômes sont repérables, à des niveaux variables selon la gravité :
Paroles incompréhensibles
Mots isolés
Discours télégraphique
Compréhension partielle du message oral
Manque du mot (difficultés à trouver les mots justes)
Discours incohérent
Mauvaise structuration des phrases
Difficulté à comprendre les énoncés longs et complexes
Messages souvent compris au pied de la lettre (sans nuance)
Mots abstraits difficiles à comprendre et à acquérir (par exemple : la plupart, semblable, etc.)
Difficulté à différencier tous les mots questions (où, quand, comment, pourquoi, ...), les notions temporelles (avant, après, plus tard, tantôt, ...) ou les termes spatiaux (en haut, en bas, à gauche, par-dessus, ...)
Formulation lente des idées, difficulté à trouver ses mots (trouble d’accès lexical)
Sur utilisation des mots de remplissage (chose, affaire, truc, ...)
Construction de phrases atypique (utilisation du verbe avant le sujet, …)

Outre ces manifestations que l’on peut retrouver chez l’enfant comme chez l’adulte, la dysphasie peut également avoir un impact sur :
L’estime de soi
Isolement
Difficultés dans les relations sociales
Difficultés d’apprentissage
Difficultés d’intégration professionnelle

Le diagnostic de la dysphasie ou TSLO

Le diagnostic est rarement établi avant l’âge de 5 ans car il est nécessaire d’établir que les symptômes observés ne sont pas consécutifs, notamment, à une déficience intellectuelle.

Comme pour les autres troubles développementaux, il est préférable, en première intention, de s’adresser au médecin qui orientera le patient vers les professionnels adéquats afin d’établir les bilans nécessaires au diagnostic différentiel.
Parmi les professionnels qui pourront établir ces bilans, on trouvera :
Psychologue / Neuropsychologue
Orthophoniste
Médecin ORL
Ergothérapeute
….

Il est essentiel que le parcours soit coordonné par le médecin généraliste ou le pédiatre afin qu’il puisse, à la lumière des bilans et examens, poser un diagnostic différentiel.
Une fois le diagnostic posé, les pistes de rééducation, d’adaptation ou d’aménagement pourront être posés.

Selon la gravité de la dysphasie, il pourra être judicieux de déposer un dossier auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).
Pour les enfants, la MDPH pourra alors proposer un Plan Personnel de Compensation (PPC) qui peut contenir des aménagements de scolarité, une aide financière aux soins, aux aides, et une attribution de matériel adapté.
Pour les adultes, la MDPH pourra attribuer la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) qui ouvre à un certain nombre de droits.

Pour les enfants comme pour les adultes concernés par la dysphasie, Cécile Perret Conseil propose plusieurs solutions complémentaires aux prises en charge médicales et paramédicales, visant, notamment, à vous accompagner dans l’élaboration de dossier MDPH ou encore dans vos relations avec le système scolaire.