AccueilDysorthographie

Dysorthographie

La dysorthographie est un trouble neurodéveloppemental de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe.

Définition scientifique

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), on trouve mention de la dysorthographie dans la Classification Internationale des Maladies 10 (CIM 10) sous l’appellation : trouble spécifique de l’acquisition de l’orthographe.
La définition donnée est la suivante :
"La caractéristique essentielle est une altération spécifique et significative du développement des performances en orthographe, en l'absence d'antécédents d'un trouble spécifique de la lecture et non imputable à un âge mental bas, à des troubles de l'acuité visuelle, ou à une scolarisation inadéquate. Les capacités à épeler oralement et à écrire correctement les mots sont toutes deux affectées."

La dysorthographie est très souvent associée à la dyslexie. Les cas de dysorthographie isolée sont rares.

Pour y voir plus clair

Comme pour la dyslexie, on devrait plutôt parler de la dysorthographie au pluriel car elle se manifeste de manière plus ou moins prononcée, et plus ou moins différemment selon les personnes.

Son association quasi-systématique avec la dyslexie suggère un pourcentage équivalent de personnes concernées, soit entre 4 et 8% de la population.

La dysorthographie peut affecter la phonétique (correspondance entre un signe graphique et un son du langage), l’orthographe d'usage, la grammaire, la morphologie (la forme des mots), le graphisme.

Comme pour la dyslexie, il existe plusieurs types de dysorthographies :
La dysorthographie dysphonétique : elle est relative à une atteinte de la voie phonologique : difficulté pour convertir les phonèmes (sons qui composent la langue) en graphème (signe écrit).
La dysorthographie de surface : elle touche la voie lexicale (reconnaissance de la forme des mots) en gardant intacte la voie phonologique.
La dysorthographie mixte : elle est relative à une atteinte de la voie phonologique ET de la voie lexicale, ou à l’atteinte d'une voie avec des troubles annexes.
La dysorthographie visuo-attentionnelle : difficulté à sélectionner les informations pertinentes et perturbations par des éléments distracteurs.

Les manifestations de la dysorthographie

Selon les formes de dysorthographie, les manifestations peuvent différer mais on peut retenir les caractéristiques suivantes :
une incapacité à transcrire des "non-mots"
des omissions, ajouts, inversions de phonèmes
une orthographe grammaticale réduit
fautes d’usage nombreuses
fautes de copie
erreurs de segmentation
ajouts, omissions, inversions de graphèmes et de mots
substitution de graphèmes visuellement proches
lexique orthographique réduit

Comme le montrent les images ci-dessous, la dysorthographie se manifeste lors de l’écriture. Outre les fautes que l’on peut constater, il faut imaginer l’impact que cela peut avoir sur une relecture du texte ainsi écrit par la suite. Pour les enfants, l’étude des leçons est quasi impossible et pour les adultes, difficulté à remplir un formulaire, évitement des situations où il est demandé d’écrire,…

Le diagnostic de la dysorthographie

Comme pour la dyslexie, le repérage des signaux précédemment cités, par la famille, les enseignants, les collaborateurs, est un indice fort mais pas suffisant pour diagnostiquer une dysorthographie.
Il est important de s’adresser à un médecin pour évoquer la situation. Il pourra alors prescrire un certain nombre de bilans à passer auprès de professionnels médicaux et paramédicaux :
Médecin ORL
Ophtalmologue / ophtalmologiste
Orthophoniste
Psychologue / Neuropsychologue
Psychomotricien
Ergothérapeute
Orthoptiste

Il est essentiel que le parcours soit coordonné par le médecin généraliste ou le pédiatre afin qu’il puisse, à la lumière des bilans et examens, poser un diagnostic différentiel.
Une fois le diagnostic posé, les pistes de rééducation, d’adaptation ou d’aménagement pourront être déterminées.

Selon la gravité de la dysorthographie, il pourra être judicieux de déposer un dossier auprès de la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH).
Pour les enfants, la MDPH pourra alors proposer un Plan Personnel de Compensation (PPC) qui peut contenir des aménagements de scolarité, une aide financière aux soins, aux aides, et une attribution de matériel adapté.
Pour les adultes, la MDPH pourra attribuer la Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH) qui ouvre à un certain nombre de droits.

Pour les enfants comme pour les adultes concernés par la dysorthographie, Cécile Perret Conseil propose plusieurs solutions complémentaires aux prises en charge médicales et paramédicales, visant, notamment, à vous accompagner dans l’élaboration de dossier MDPH ou encore dans vos relations avec le système scolaire.